vendredi 30 septembre 2016

Rosetta : "Une fin douce-amère". Et après ? Mars attack avec ExoMars !

Holger Sierks, responsable scientifique de l'instrument OSIRIS de Rosetta - Photo : rke
Le badge du 30 septembre.
[Darmstadt, September 30, 2016, rke] - J'aurais presque eu un petit pincement au coeur. Non pas de voir la sonde Rosetta se "crasher" sur Tchuri, mais de savoir que tous ces savants n'auront dorénavant plus de travail. Enfin, presque. Le projet Rosetta, dont l'idée date déjà de 1993, avait à l'époque engagé de jeunes ingénieurs devenus un peu usés, mais pas du tout démotivés. Nos savants fous de nos jours, un peu geeks sur les bords prennent le relai pour des nouvelles missions interplanétaires de l'Agence spatiale européenne (ESA) : cliquez ici
Le 19 octobre prochain (on y est vite !), le démonstrateur d’atterrissage baptisé Schiaparelli ExoMars se posera sur Mars après s’être séparé de la sonde orbitale TGO (Trace Gas Orbiter). Son rôle ? Valider de nouvelles technologies et montrer le savoir-faire de l’Europe pour atterrir sur Mars. Il fera aussi des mesures scientifiques.
Bref, tout cela pour vous dire Rosetta, mission historique de l’ESA, s’est achevée comme prévu par un impact contrôlé de la sonde à la surface de la comète qu’elle accompagnait depuis plus de deux ans. Le centre de contrôle de l'ESOC, a déclaré la mission officiellement terminée à 13 h 19 (heure de Paris), après avoir constaté la perte du signal de Rosetta, au moment de l’impact. Celui-ci a eu lieu sur une zone qui comporte des « puits », sortes de dépressions circulaires larges et profondes, d'où s'échappent parfois des jets de gaz et de poussières.
A l'entrée de l'ESOC à Darmstadt, on nous a offert
des Tchuri miniatures - Photo : rke
L'ESA a ainsi choisi de mettre fin à la mission pendant qu'elle contrôle encore la sonde et que celle-ci a encore assez de puissance pour travailler. La comète se situe à environ 720 millions de kilomètres de la Terre.
« Nous avons décidé d'exécuter cet ultime plongeon vers la surface de la comète afin d'optimiser le retour scientifique de Rosetta. C'est une fin douce-amère, mais en fin de compte la mécanique du Système solaire était tout simplement contre nous : le destin de Rosetta a été scellé il y a bien longtemps. Mais tout ce qu'elle a accompli passera à la postérité et sera utilisé par la prochaine génération de scientifiques et d'ingénieurs dans le monde entier. », a déclaré Patrick Martin, responsable de la mission. Quand même... snif !

Holger Sierks, scientific manager of the OSIRIS instrument of Rosetta - Photo : rke
"A bittersweet end." And after ?
Mars attack with ExoMars!

A l'ESA, aux commandes de Rosetta
grâce à la Virtual Reality - Photo : rke
I almost had a little twinge in my heart. Not seeing the Rosetta probe will "crash" on Tchuri, but to know that all these scientists will no longer be working. Well, almost. The Rosetta Project idea dates back to 1993 at the time had committed young engineers become a little worn, but not unmotivated. Our crazy scientists nowadays, somewhat geeky, take on the edges relay for new interplanetary missions of the European Space Agency (ESA): click here
On 19 October (fast soon !), Landing demonstrator Schiaparelli called ExoMars will land on Mars after separating from the orbiter TGO (Trace Gas Orbiter). Its role ? Validate new technologies and show Europe's know-how to land on Mars. It will also make scientific measurements.
The Tchury baby.
Photo : rke
In short, all that to say Rosetta historic mission of ESA, was completed as planned by controlled impact of the probe on the surface of the comet she accompanied for more than two years. The ESOC control center, said the mission officially ended at 13 h 19 (Paris time) after finding the loss of Rosetta signal at the time of impact. This took place in an area which has "well", a kind of wide and deep circular depressions, which occasionally escape jets of gas and dust.
ESA has chosen to terminate the mission as it still controls the probe and that it still has enough power to work. The comet is about 720 million kilometers from Earth.
"We decided to run this final plunge into the surface of the comet to optimize the scientific return of Rosetta. It's a bittersweet ending, but in the end the mechanics of the solar system was just against us: the Rosetta fate was sealed long ago. But everything she has accomplished go down in history and will be used by the next generation of scientists and engineers worldwide. "Said Patrick Martin, head of the mission. Anyway... sniff!
In the conference center of ESOC  - Photo : rke

Future ESA planetary missions:
click here

Dans l'attente d'un l'impact : cool, peut-être

Effervescence au centre de presse. - Photo : rke
[Darmstadt, September 30, 2016, rke] - Coucou Tchouri. Me revoilà. En Allemagne. Oh, je sais bien, on t'as un peu oublié depuis que tu t'es posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko le 10 août 2014, voilà déjà plus de deux ans.
Si je suis là en ce moment trépident, c'est que ta maman Rosetta, le satellite en orbite de ce gros caillou en forme de patate, va se fracasser. Cette sonde doit s’"écraser", ce vendredi 30 septembre 2016 vers 13 h 30, sur la comète pour, pendant la dizaine d’heures de chute libre, enregistrer d’ultimes propriétés de ce corps sombre et froid qu’elle scrute depuis plus de deux ans.
La salle de presse du centre de contrôle ESOC à Darmstadt est quasi pleine à craquer. D'où toute l'importance de cet événement. On attend le moment fatidique. Ouah, c'est du fou, pas moyen de trouver un coin pour poser mon ordi.
Bonne nouvelle, le site du célèbre Max Planck Institute à republié ma photo de Holger Sierks.

Pending on The Impact : Cool, Maybe...



- Photo of Holger Sierks : by Roland J. Keller - www.mpg.de

Hi Tchuri ! I come back. From Germany. Oh, I know, there you have almost forgotten since thou hast put on the 67P / Churyumov-Gerasimenko comet on August 10, 2014, this is already more than two years.
If I'm here now hectic is that your mom Rosetta satellite in orbit (this big rock shaped potato), will crash this Friday, September 30, 2016, to 13 h 30 on Tchuri for during the ten hours of free fall, save for ultimate properties of this dark body it scrutinizes cold for over two years.
The press room of the ESOC control center in Darmstadt is almost packed. Hence the importance of this event. We expect the fateful moment. Wow, it's crazy, no way to find a place to put my computer.
Good news, the site of the famous Max Planck Institute republished in my photo Holger Sierks.